WTFriday: La maison de Eiichiro Oda (One Pièce)

Pour ce "What The F... riday, on vous propose cette semaine la visite d'une maison "pas comme les autres": celle du loufoque créateur  de One Piece...

One Piece est l'un des mangas les plus populaires au monde. 400 millions d'exemplaires se sont écoulés à travers le globe et son créateur, Eiichiro Oda, jouit d'une fortune non négligeable, l'émission japonaise Baka Furi ayant estimé ses revenus annuels à 3,1 milliards de yen (23 millions de dollars), il y a quelques années. Le mangaka japonais ne chôme pas et son travail est récompensé. Pour dépenser quelques-uns de ses deniers, Oda a choisi de décorer sa maison à la hauteur de son extravagance.



Train façon One Piece, bar Junji Shimizu (le réalisateur des films One Piece), machine à pinces pleine de goodies et la meilleure pièce de son domicile : des toilettes avec l'impression d'être au fond de l'eau, entouré de requins. Pour ajouter du charme à ses WC, Oda a tenu à fixer une fausse tête de squale juste au dessus de la cuvette.



Quoiqu'il en soit, Eiichiro Oda prouve encore une fois qu'il déborde d'imagination, que ce soit dans One Piece ou dans la vie courante. À terme, on espère que le mangaka nous fournira davantage de détails sur cette bâtisse pleine de charme…

 

Il était une fois un 4 Décembre ...
Régis LOISEL

Dessinateur et scénariste né le 04 décembre 1951, Régis LOISEL fréquente les cours de bande dessinée de l’Université de Vincennes et distillés par un certain Jean-Claude MEZIERES.  C’est là qu'il rencontra aussi ces comparses, Patrick COTHIAS et Serge LETENDRE.

En 1975, les 1ères planches de « La quête de l’oiseau du temps » sont publiées dans la luxueuse revue Imagine.

C’est en 1990 qu’il se lance seul dans l’interprétation très personnelle du mythe de « Peter Pan » (chez Vent d’Ouest).

En association avec TRIPP, Loisel a réalisé « Magasin général », série ayant pour cadre une petite paroisse du Québec dans les années 1920.

Auréolé de 2 Alph’Art pour les Peter Pan #1 & 2, son œuvre a été récompensée, en janvier 2002, par le Grand Prix du festival international de la bande dessinée d'Angoulême .

Identification (2)