Décès de Berck

Nous apprenons le décès d’Arthur Berckmans, dessinateur de "Sammy", survenu ce 27 décembre à l’âge de 91 ans.

 

Né à Leuven le 3 mai 1929, il suit des cours à l’académie des Beaux-Arts de Louvain puis à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles pour vite devenir employé à 18 ans au couvent des Jésuites de Louvain où il collabore au journal du missionnaire.

berck.jpg

© photo : Robin Schouten

Il débute au journal Tintin avec « Strapontin » un chauffeur de taxi parisien sur scénario de Goscinny, puis dessine également « Rataplan » un jeune tambour napoléonien imaginé par Duval.

strapontin.jpgmulligan.jpgrataplan.jpg

En 1967 il quitte Tintin et passe à la concurrence, au journal Spirou, où il dessine les aventures de Mulligan (scénario de Delporte et Macherot). Mais Berck n’est pas le dessinateur d’une seule série. Travailleur infatigable et méthodique, il est capable de sortir 3 à 4 albums par an et il va énormément collaborer à des publications néerlandophones. Plusieurs séries ou épisodes ne paraîtront d’ailleurs en Français que bien plus tard chez le petit éditeur « La vache qui médite » grâce à qui on peut découvrir les 4 derniers épisodes de « Lou » scénarisés en partie par Cauvin (seuls 6 étaient parus chez Dupuis) et quatre tomes de « La patrouille des astucieux ».

patrouille.jpglou_vache.jpg

C’est 1970 que Cauvin et Berck imaginent ensemble une aventure de gorilles au temps de la prohibition, créant ainsi « Sammy » avec son patron Jack Attaway. C’est la série phare de Berck qui décide toutefois de prendre sa retraite en 1994 après 31 albums et cède ses droits à Jean-Pol pour une reprise dès 1995, et 9 albums paraîtront encore pour clôturer la série au tome 40 en 2009. Cette année 2020, la série venait juste de fêter ses 50 ans avec une exposition chez Huberty Breyne.

sammy.jpg

Berck a été récompensé de l’Adhémar de bronze en 1985 (c’est un prix de bande dessinée belge remis à un auteur flamand tous les deux ans lors du festival de Turnhou depuis 1977) et de deux prix Saint-Michel (meilleur dessinateur humoristique en 1973 et 1975).

Il était une fois un 25 Janvier ...
Les NOMBRILS

C’est le 25 janvier 2006 que parait en librairie le tome 1 de cette série.

Jenny et Vicky sont les pires chipies que la Terre ait portées. Elles se prennent pour le nombril du monde et pour peu, elles le seraient vraiment. Avec leurs vêtements sexy, leur maquillage provocateur et leur coiffure toujours impeccable, partout où elles vont, les regards sont hypnotisés, la musique s'arrête. On ne voit et on n'entend plus qu'elles.
Et heureusement ! Parce que Jenny et Vicky sont prêtes à tout pour être le centre d'attraction.

Dans ce monde qui privilégie l'enveloppe plutôt que son contenu, leur « amie » Karine ne peut qu'être un souffre-douleur au vu de sa taille et de son manque de confiance manifeste… Et si un jour Karine s'émancipait ? Qu'adviendrait-il de ce trio dépareillé ? L'amitié survivrait-t-elle ?

Le 12 avril 2007, le Prix Bédéis Causa - Albéric Bourgeois a été décerné à Delaf et Dubuc pour le premier tome de la série Les Nombrils, "Pour qui tu te prends ?".

Maryse Dubuc a reçu, pour "Les Nombrils", le Prix du meilleur scénariste décerné lors de la 6e édition des Joe Shuster Awards organisé à Toronto en juin 2010

Enfin, devant le succès de la série (et l’évolution irrémédiable des personnages), les auteurs ont créé en 2017 une série SpinOf: « Les Nombrils, 1ères vacheries! »
 

Identification (2)