ARTE: Bons baisers des Schtroumpfs

ARTE est un véritable artisan du documentaire (dans le sens le + noble du terme).
Preuve en est cette fois encore avec ce petit bijou contant l'univers des lutins bleus de Peyo.

 

Comment les personnages de bande dessinée créés par le Belge Peyo sont-ils devenus des icônes mondiales ? De Bruxelles à Los Angeles en passant par Dubaï, un voyage allègre sur les traces des célébrissimes lutins bleus.

On les appelle Smurfs aux États-Unis, Seumeopeu en Corée ou Schlümpfe en Allemagne : personnages secondaires d’une aventure de Johan et Pirlouit, les lutins bleus, créés par le dessinateur belge Peyo en 1958, n’ont pas tardé à jouer les premiers rôles, jusqu’à conquérir le monde entier à coups d’albums, de séries télé, de longs métrages, de parcs à thème et d’innombrables produits dérivés. Mais que sait-on de ces créatures hautes comme trois pommes (bleues), dotées de leur propre langue et habitant une cité idéale parsemée de maisons-champignons ?

Schtroumpfement bien !
De Bruxelles à Los Angeles en passant par Dubaï, de la genèse et des ressorts de l’univers à la reconnaissance de la tribu par les Nations unies (via une campagne de promotion du développement durable), Jean-Marc Panis explore la planète Schtroumpf au fil d’un réjouissant road trip jalonné de rencontres avec des fans, des spécialistes et des créateurs (la fille de Peyo Véronique Culliford, les dessinateurs Philippe Geluck et Cosey, le comédien Gérard Hernandez, voix française du Grand Schtroumpf, ou Kelly Asbury, le réalisateur du film d’animation américain Les Schtroumpfs et le village perdu).

Ce documentaire de 53’ est disponible en Replay jusqu’au 4 novembre 2019 (cliquez sur cette image pour le visionner directement)

SchtroumpfsArte-1.jpg

Il était une fois un 21 Septembre ...
SUPERDUPONT

C’est le grand Marcel (GOTLIB) qui crée ce super-(anti)-héros complètement loufoque et « Français, Môsieur! » pour le journal Pilote en 1972.

Affublé de son béret, de ses charentaises et de sa cape, il prône le patriotisme aigu, en promouvant les produits sains du terroir français: le vin et le camembert.
Ultime délicieux caprice du personnage: il refuse d’être dessiné avec de l’encre de Chine!
Tout un poème!

GOTLIB commettra 6 tomes totalement délirants.  En 2015, Dargaud voulant relancer la machine, demande à François BOUCQ de reprendre le personnage.  L'album « Renaissance » naitra., mais la magie ne sera plus au rendez-vous...
 

Identification (2)