ESPANA LA VIDA L'INTERVIEW

1937. Picasso révèle au monde toute l’horreur de Guernica. À Paris, Léo fait partie d’un petit groupe de jeunes anarchistes troublés par l’actualité espagnole. Issu d’une famille bourgeoise, il décide d’aller se battre, encouragé par l’écrivain militant Victor Serge. Tel un fugitif en cavale, il gagne Saragosse et y rejoint la colonne Durruti, une brigade internationale où se retrouvent, engagés aux côtés des républicains espagnols, des combattants idéalistes de tous les horizons de la planète…

Malgré son nom, le dessinateur Eddy Vaccaro n’est pas espagnol mais bien français d’origine sicilienne. Venant de la musique rock il en est à son quatrième album. Quant à Maximilien Le Roy, scénariste engagé, globe trotter depuis ses 18 ans, il place l’improbable Sur les traces de Nietsche chez Lombard, coincé entre la famille Thorgal et le génie Léonard. C’est vous dire si il a du talent !

Ensemble ils ont créé ce one-shot épais dont la guerre d’Espagne n’est que la toile de fond, dépeignant les actions de ce jeune héros qui veut aller jusqu’au bout de ses idées et se rendra bien vite compte que la réalité est bien cruelle par rapport à sa droiture et ses valeurs. Une histoire romantique également puisque Léo rencontrera l’amour mais aussi la considération de son père qui a enfin ouvert les yeux et s’est détaché de sa matrone/bourgeoise coincée de mère. Le trait de Vaccaro est un crayonné brut superbement mis en valeur par Anne-Claire Jouvray, la coloriste qui, c’est une bonne surprise, figure avec les auteurs sur la couverture. Un récit fluide et scandé qui alter avec bonheur moment calme avec dialogues ciselés et pages d’action où la violence éclate et éclabousse par sa cruauté.

 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 album-cover-large-19186

La guerre d’Espagne est un sujet que je ne connaissais pas trop étant donné que je n’ai pas de racines espagnoles mais une culture méditerranéenne. J’y vois un intérêt politique mais j’aurais très bien pu situer l’histoire dans un autre pays.

L’arrière plan est politique mais, comme c’est une fiction, il fallait inventer des personnages avec des liens, je trouvais intéressant de tisser une histoire avec des individus, je voulais que les personnages aient une vie à eux, travailler leur psychologie. Il y a une histoire d’amour mais aussi une histoire entre le père et le fils.

Nous n’étions pas limité par un nombre déterminé de page, j’avais écris mon scénario comme un film sans penser à le formater en BD, le projet était prévu pour un récit et un nombre limité de pages aurait raboté le rythme du récit. C’est très fluide, il y a des pages de silence, des non-dits, des pauses, ce qui aurait été impossible à faire avec un format standard de 48 pages. L’intérêt de la fiction par rapport à une biographie c’est qu’on peut imposer son rythme, avec des moments de tensions et de relâchement…
 

Il y a beaucoup de crayon, une technique mixte avec l’encre… Je faisais comme des croquis que j’affinais avec des crayons de plus en plus sec et parfois du feutre. Je modèle mes personnages puis je reviens dessus avec du tippex, comme de la peinture blanche, comme un peintre qui rajoute de la lumière sur son dessin. L’histoire aurait très bien passé en noir et blanc, les gris, je ne les ai pas forcés pour qu’il n’assombrisse pas la mise en couleur.

Les scènes que je préfère dessiner sont des scènes intimes, calmes, les scènes militaires me parlent moins, je ne suis pas fan des fusils …

Nous nous sommes connus sur un forum de BD et quand j’ai écris cette histoire, j’ai pensé à lui. En fait le scénario avait déjà été accepté par un éditeur avant que je la lui propose !

Nous avons un autre projet ensemble mais qui en est encore aux prémisses, l’histoire d’une jeune peintre, un personnage féminin. Nous avons d’abord pensé à Frida Calo mais je voulais un personnage moins connu et j’ai découvert l’impressionniste Lucie Couturier. Elle s’est retrouvée embarquée dans la première guerre mondiale, en contact avec des tirailleurs sénégalais et elle va les suivre après la guerre. Elle va faire des récits, des livres de ses voyages…

BIG K, de la réalité à la BD

Imaginez le New York des années 70, ses rues dégueulasses, certains quartiers où il ne faut même pas rêver de mettre un pied une fois la nuit tombée, l’insécurité dans toute sa splendeur, les bandes de blacks, maffieux, les bagnoles sur leurs jantes qui crament, les flics corrompus… C’est l’ambiance que rendent à merveille Nicolas Duchêne et Ptoma Martial avec leur série Big K, du nom d’un tueur, lequel est inspiré d’un personnage réel, un tueur en série allié à la Maffia qui fit plus de 200 victimes : Richard Kuklinski…

Même si c’est aussi Casterman, nous sommes loin du Tueur de Matz et Jacamon, qui lui aborde tout le côté existentiel du personnage principal. Il réfléchit beaucoup, agit de moins en moins…

Big K, lui, agit, un peu trop même, puisqu’il a commis une grosse bourde dans le tome un et va être chargé de la réparer et cela uniquement parce que ses boss ont compris son potentiel destructeur sinon il aurait déjà fait un plongeon dans l’Hudson, avec des godasses en ciment…

Dans ce deuxième opus, Big K va être confronté à son contraire, un fort en gueule qui voudrait lui faire de l’ombre. Et Big K n’aime pas qu’on lui fasse de l’ombre. Ca l’énerve, alors il se laisse aller, même avec sa famille qui est sacrée. Sa femme dit un mot de travers et il lui colle une baffe. Tout cela fait ressurgir son passé difficile. Car c’est depuis sa petite enfance que tout à été mis en place pour qu’il devienne ce qu’il est devenu, un personnage froid et calculateur, qui n’a peur de rien et regarde la mort dans le fond des yeux. Son seul tabou : sa femme et ses enfants. Mais K n’est qu’un petit rouage dans la grosse machine à fric qu’est la mafia, alors il obéit quand on lui donne un ordre, même si c’est contre son goût. Le voilà qui doit balayer un grain de poussière qui grippe la belle machine malhonnête, le frère d’un comptable qui le perturbe et qui finit par pomper dans la caisse. Mais voilà que… N’allons pas trop loin, ménageons le suspens. Pour leur deuxième opus de la trilogie, Duchêne et Ptoma voguent du côté du Parrain II, le film de Coppola qui revient sur le passé des mafieux pour expliquer le comment du pourquoi et apporter une profondeur, un background au personnage. Certes pas pour excuser son comportement, puisqu’il s’agit ici bel et bien d’un assassin, d’un homme plus proche de l’animal que la plupart d’entre nous mais comme il n’est pas pareil à nous, c’est un objet de curiosité, il exerce sa fascination…

 0 0 0 00 0 0bigk

 

SOUVENIRS DU STYLE ATOME AVEC ALEXANDRE CLERISSE

Achtung chef-d’œuvre ! 2013 à peine entamée que déjà la BD de l’année est parue. Son emballage est magnifique, son contenu volumineux, l’histoire - compliquée mais d’une grande lisibilité - est palpitante et les images sont splendides ! Souvenirs de l’Empire de l‘Atome nous renvoit à cette époque où l’homme moderne croyait encore en son futur. Il venait de terminer une guerre et avait envie de vivre d’espoir. L’Expo 58 de Bruxelles allait être la vitrine de demain. Les étoiles étaient à portée de main, à portée de conquête… Le titre fait aussi référence à l’âge d’or de la science-fiction, des Asimov, Clarke, Heinlein, Van Vogt qui régnaient sur un genre relayé par des pulps aux couvertures criardes et avenantes, au style approchant souvent l’art déco. Tout ceux qui sont convaincus que des Jijé, Franquin et Will ont fait évoluer le genre BD et l’ont porté à son apogée, seront convaincus par cet imposant ouvrage, aux références tellement multiples et surprenantes qu’on dirait un jeu de piste ! Thierry Smolderen parvient à accrocher malgré une histoire alambiquée qui nous entraîne dans des futurs lointains pour rebondir à coups de flash back, mais le scénariste est assez virtuose pour en maintenir le suspens et la cohésion. Quant au graphisme d’Alexandre Clérisse, il rend hommage au triumvirat cité plus haut mâtiné du célèbre affichiste Savignac, créant une reconstitution parfaite du graphisme des fifties, du design typique style atome qui n’en finit pas de renaître pour notre plus grand plaisir visuel.

alt










 






 






 







 





DELVAUX, DUBOIS, GIPAR ET LA FEMME DU NOTAIRE

altLes aventures de Jacques Gipar dans la collection Calandre de l’éditeur Paquet sont une affaire qui roule : 35.000 exemplaires vendus pour les quatre volumes. Même que Gipar est édité en Allemagne, sous le nom de Gibrat…

Les aventures du journaliste dans les années 50 existent grâce à deux auteurs : Thierry Dubois et Jean-Luc Delvaux, deux passionnés d’automobiles des années 50 et des années Spirou squattées par Tillieux, Will, Franquin et Jidéhem.

HAUTIERE-HARDOC ET LA GUERRE DES LULUS


altQuand Régis Hautière et Hardoc parlent de leur Guerre des Lulus, on sent qu’ils se sont vraiment impliqués à cent pour cent dans ce projet. C’est la première fois qu’il y a une œuvre sur la Grande Guerre sans qu’on soit obligé d’affronter visuellement les tranchées, les gaz moutarde, la boue, ses soldats englués dans un conflit qui dure. Voici 14-18 vu par les yeux d’enfants qui, si ils ne participent pas au conflit, en ressentent les effets et en seront marqués à jamais. Une BD pour tous les âges, aussi une BD pour ne pas oublier. La guerre c’est atroce et elle était juste à nos portes…

 

INTERVIEW DE VIRGINIE AUGUSTIN ET YANN

Le scénariste Yann Lepennetier et Virginie Augustin dissertent à propos de Whaligoë, leur dernier ouvrage. J'éviterai d'en dire trop puisqu'une chronique est prévue :


altWhaligoë est une histoire qui traînait dans mes tiroirs depuis une vingtaine d’années et dont aucun éditeur ne voulait. Quand Reinold Leclerc est arrivé comme éditeur chez Casterman, il m’a demandé ce que j’avais en réserve, je lui ai proposé celle-là et il a sauté sur l’occasion. Il a également accepté que je travaille dessus avec Virginie Augustin avec qui j’avais envie de collaborer depuis longtemps. Whaligoë est né de ma passion pour les romans gothiques, l'Ecosse, les Dandys. J’ai dédié cet ouvrage à tous les dandys célèbres comme Oscar Wilde ou Serge Gainsbourg et je l’ai signé Balac, comme j’ai signé le premier tome de Sambre qui se passait à peu près à la même période. La thématique de l’histoire est celle de l’usure d’un vieux couple, Sir Douglas Dogson et sa muse Esperanza, la disparition du talent. C’est prévu en deux volumes, dans le premier j'emmène la présentation, dans le deuxième le dénouement.

FRANK PE - PLUTOT DEUX FOIS QU'UNE !

Depuis le troisième tome de Zoo, on se languissait de revoir Frank Pé dans le registre de la BD. Ces dernières années, il avait enchaîné pas mal d’expositions et projets de scénographies et il n’était pas devenu rare de le voir à l’œuvre sur de grandes fresques animales, lors de festivals. Bonne nouvelle, Frank Pé revient enfin à la BD et plutôt deux fois qu’une : Spirou et Little Nemo…

Concernant Little Nemo, je travaille avec Bernard Mahé de la galerie du neuvième art à Paris. Il m’a révélé que Little Nemo était libre de droit et m’a demandé si cela m’intéressait de travailler dessus. C’est un projet fait d’expositions et de petits bouquins. Pour l’instant j’ai terminé la première expo, une douzaine de planches et d’illustrations.

Le Spirou est un travail que je prépare depuis de longues années, avant même que le personnage ne soit livré à divers auteurs. Mais l’époque, quand Tome et Janry ont repris le personnage, ils ont exigé son « verrouillage » par le contrat. Chaland en a fait les frais. Quand la collaboration s’est arrêtée, Dupuis, détenteur du personnage a ouvert les vannes pour faire une collection. J’ai grande envie de revisiter le panthéon de Franquin, je voulais un jour ou l’autre retourner dans cette cours de récré. Ce sera un Spirou plus poétique, car je suis plus attiré par le nid du Marsupilami que par leurs aventures débridées avec voitures et espaces urbains. Il y aura beaucoup d’animaux, cela se passera en ville et ce ne sera pas nostalgique, je ferai de Spirou un héros positif. C’est assez difficile car c’est un personnage grand public. Ma priorité sera la qualité, la justesse, il paraîtra quand il sera prêt, pas pour les 75 ans. J’ai écrit l’histoire et Zidrou en a fait une histoire professionnelle. Il est très bon quand il faut mélanger que ce soit de l’humour, de la profondeur, des émotions, de la poésie tout en créant des histoires classiques, bien foutues.

J’ai envie de refaire de la BD, cela me manquait. C’est douloureux d’enfermer mes dessins dans des cases, de cloîtrer tout cette énergie, mais faire de la narration de case immobile en case immobile. La magie de l’espace entre les cases, c’est une chose qu’on ne théorise pas mais à expérimenter, on voit si cela marche et on essaie de trouver les meilleurs solutions pour raconter ce qu’on a à raconter, c’est très jouissif, quelque chose que tous les dessinateurs de BD quels qu’ils soient ressentent et qui les pousse à faire ce métier tellement pénible, car il y a tellement de dessins à aligner les uns derrière les autres, dans un contexte éditorial très difficile.

Du côté professionnel, du côté des dessinateurs, on voit comment se comportent les éditeurs et ceci à plus long terme que le lectorat qui lui voit de plus en plus de titres. C’est une illusion de dire que tout va bien dans la BD. Les choses vont mal. Les éditeurs sont devenus des commerciaux, pour voir les titres qui marchent, ils en lancent une centaine sur le marché et gardent ceux qui vendent. Ils ne soutiennent plus les auteurs, il n’y a plus d’échange. Ils s’entendent entre eux pour descendre les prix à un stade qui est intenable pour les dessinateurs qui deviennent incapables de continuer, sans doute parce qu’ils tiennent plus compte des actionnaires à payer, des belles voitures. Leur politique de relation avec les auteurs est devenue une catastrophe, les auteurs se sentent méprisés. C’est grave…

Les éditeurs sont en train de se griller auprès des auteurs. Les gros éditeurs sont trop rigides pour s’adapter aux nouveaux médias, ils pensent que cela va continuer comme avant. Ils se permettent en plus dans un monde ultra libéralisé de se comporter avec les auteurs comme avec n’importe quel fournisseur de biens matériels. Or il doit y avoir partenariat mais ils nous prennent de très très haut.

La négociation avec Dupuis a été très très difficile pour le Spirou. Je vais le faire, pas pour l’éditeur mais pour le plaisir et pour mon public. J’ai 35 ans de métier et c’est un Spirou - il y a pire ! - je ne risque pas trop de me casser la figure mais j’aimerais que cela se passe autrement.

alt

ECRITURES DIX ANS entretien avec Sergio Salma et Nadia Gibert.

ecritures

Ecritures de Casterman fête ses dix ans d’existence et en profite pour s’exposer au Centre Belge de la Bande Dessinée. L’occasion rêvée de faire le point et d’évoquer cette collection qui se veut être un chaînon manquant entre la littérature et la bande dessinée. La digne héritière d’A Suivre qui a mené la bande dessinée belge vers l’âge adulte…

Van Helsing contre Jack l'éventreur - chronique et interview de Jacques Lamontagne

 

van helsingDepuis qu’il est revenu se réfugier à Londres, le docteur Abraham Van Helsing n’est plus le même, son long combat contre le comte Dracula a laissé des séquelles et il n’arrive plus à trouver la paix intérieure et le sommeil. Mais hors des murs où s’est réfugié le docteur sévit une créature effrayante… Jack l’éventreur terrorise les rues mal famées de Whitechapel et sème des cadavres démembrés derrière lui. Il nargue Scotland Yard. A bout de ressources, l’inspecteur responsable du dossier vient supplier le docteur de lui prêter assistance. Il ne se doute pas que Van Helsing va replonger en plein cauchemar…